« D’entrée de jeu, ils [Virgil Boutellis-Taft et Guillaume Vincent] s’imposent par leur écoute réciproque et la fulgurance de leurs traits dans "The Crane" dont ils ressentent parfaitement l’âpreté et recréent l’indicible émotion. Ils interprètent avec infiniment de sensibilité, de virtuosité, de justesse de tempo et de sonorités remarquables ce programme hors du commun qui représente un magnifique parcours totalisant un siècle « entre Orient et Occident ».
L'EDUCATION MUSICALE, Edith Weber, décembre 2016

« Le violoniste Virgil Boutellis-Taft allie à une sonorité impeccable, une virtuosité impressionnante se jouant de toutes les difficultés s’additionnant sans limites dans ces partitions…. Bref, un voyage fort réussi entre Orient et Occident ! ».
ON MAG, Michel Jakubowicz, 3 novembre, 2016

« La personnalité de Virgil Boutellis-Taft est intéressante. Jolie sonorité, belle imagination dans le jeu des timbres, et grande précision, qui n’exclut pas une expressivité prenante, en particulier dans les pièces « orientales » mais aussi chez Debussy ».
CLASSICA, Jacques Bonnaire, novembre 2016

« … son intense, brillant, somptueux sur toute la tessiture du violon de Virgil Boutellis-Taft, très « dans la corde », magnifié par un archet très sûr… Ecoutons l’ « Intermède » de la Sonate pour violon et piano de Debussy : quelle évidence ! On a l’impression que cet aimable divertissement, élégant et raffiné, naît de lui-même, comme si les deux interprètes étaient un peu chacun Debussy lui-même. Il n’est pas une phrase qui n’ait l’air parfaitement à sa place, jouée exactement comme il faudrait... Qu’on écoute encore la Sonate de Janacek : tout y est, le lyrisme brûlant, mais sans épanchement pathétique superflu, la puissance quasi démiurgique de l’inspiration sans l’impression de démonstration, la précision sans la froideur. Et pourtant, ce n’est pas une œuvre facile à écouter, dans son intense concentration… L’ensemble du disque s’écoute avec des sentiments qui vont du plaisir simple à l’enthousiasme – un disque qui atteint, en ses meilleurs moments, une incandescente intensité »
LE BABILLARD, Loic Chahine, 27 octobre 2016

"...La preuve par l'archet qu'on peut tirer des sensations fortes de Jean-Sebastien Bach."
Ouest-France, Daniel MORVAN, janvier 2015

«Boutellis-Taft l'interprète [Bloch] avec une forte vigueur... des effets sonores impressionnants... Lors de la Sonate de Janacek... il régale l'auditoire avec une dextérité, un entrain, et aussi une grande sensibilité... dans la Sonate de Debussy... le violon est insolent et exotique... un jeu finement nuancé, avec des vifs éclats d'humour et virtuosité... dans le Poème de Chausson Virgil Boutellis-Taft offre une prestation spectaculaire... une sensibilité exquise lors des passages mélancoliques et un brio resplendissant pour des moments d'une passionnante intensité... Dans Bartok [il] est enflammé ; son approche est... dramatique, langoureuse et piquante à la fois... les musiciens en s'enflammant, ils enflamment le public également...»
CLASSIQUENEWS.COM, Sabino Pena Arcia, July 2014

"...c'est avec beaucoup de brio qu'il s'est prêté au jeu - aisance d'archet, main gauche impeccable et intelligence musicale à l'appui...on ne peut que saluer, outre le professionnalisme du violoniste, sa fabuleuse énergie qui nous a tenu en haleine d'un bout à l'autre..."
ResMusica, Héloïse B. Oléari, décembre 2013

« ...un public subjugué et ravi... Musique lumineuse et solaire servie par un violoniste au tempérament de feu, à l'archet intense, aux couleurs chatoyantes, au violon admirable de transparence... rayonnants de passion... révélations exceptionnelles.
Vraiment le lyrisme slave y a trouvé son compte ! »
L'Alsace, 14 octobre, 2013

"...alors manquent les mots...Exigence de maîtrise, de sensibilité, de nuances !...l'exceptionnel fut là...la virtuosité, la générosité...Il y eut aussi cette chorégraphie des corps, de l'archet dont les crins jouèrent les filles de l'air, même la partition chuta de son lutrin, tant la force, l'engagement presque la violence des coups d'archet et de l'expression du jeune violoniste possédèrent l'oeuvre d'Enesco...
Étrange impression de vivre un moment rare avec un Virgil Boutellis-Taft déjà habitué à l'excellence. "
Dernières Nouvelles d'Alsace, par J.-M.Z., octobre 2013

«... maturité musicale... intelligence... virtuosité incontestable... On n'a pu admirer le son particulièrement rond et chaleureux de Virgil Boutellis-Taft...»
ResMusica, septembre 2013

"...les Six danses roumaines Sz. 56 de Béla Bartók sont surtout acrobatiques pour le violon. Boutellis-Taft exploite son instrument de façon impressionnante, avec un harmonique artificiel sans difficulté et un sautillé viril mais discret. Son Montagnana de 1742 produit un son brillant, surtout rond.
Dans la suavité orientale de la 3e danse comme dans la vivacité et le brio des trois dernières.
Le duo est tout simplement ... génial. "
CLASSIQUENEWS, août 2013

«... l'excellent Virgil Boutellis au violon, vigoureux, très contemporain. ».
Théâtre du Blog, Paris, avril 2012

«... Un violoniste hors pair...»
Le Canard enchaîné, juillet 2011

«... Le chant d'un violon se lève et pleure, remarquable Virgil Boutellis...»
Théâtral- magazine, Festival d'Avignon, juillet 2011

"... Virgil a joué magnifiquement ... Il a apporté une délicatesse dédiée à la musique qui s'est mariée parfaitement avec l'orchestre sous Maestro Neal Gittleman ... L'interprétation gracieuse de Virgil a résonné merveilleusement ... sa cadence était un tour de force."
The Oakwood Register, November 2012

"...une personnalité attachante ... un son délicieux ... un sens musical sophistiqué ... une technique aisé ... un jeune artiste au talent extraordinaire."
Peter Stafford Wilson, Music Director, Springfield Symphony Orchestra, January 2012